FERROVIAIRE DANS LE MONDE


DOMAINE EN EXPANSION


pictos-worldtrain

Le ferroviaire, un domaine en expansion continue. Il existe une grande diversité des projets de transports urbains ferrés à travers le monde.

LE FERROVIAIRE, UN DOMAINE EN EXPANSION


Le transport ferroviaire permet d’assurer une mobilité, accessible à tout le monde, dans le but de garantir l’unicité de la nation.
Pour ce faire, il faut qu’il soit peu onéreux et donc le plus souvent garanti par le service public

L’organisation ferroviaire implique des contraintes techniques lourdes. Elle requiert une infrastructure particulière nécessitant des investissements élevés.

> EN MATIÈRE D’INVESTISSEMENT :

L’Europe et l’Amérique du Nord sont dans une optique d’amélioration et parfois de rénovation des infrastructures existantes. Au contraire, l’Asie et l’Amérique du Sud conçoivent des nouveaux réseaux qui équiperont leurs villes en pleine croissance démographique. L’Afrique tente aussi de se doter d’une technologie ferroviaire moderne, mais l’instabilité politique d’une grande partie du continent, et le manque de fonds rendent ces projets difficiles à mettre en œuvre.

Par ailleurs, l’organisation, la gestion, la conception et la construction des lignes de métro dépendent de nombreux acteurs mondiaux différents selon les pays. En effet, certains réseaux sont gérés par un exploitant qui a aussi construit et conçu les lignes, alors que dans d’autres cas, chaque partie qui compose le projet et l’infrastructure finale fut confiée à des intervenants distincts, et ce, sous la tutelle de l’exploitant final, qui est le plus souvent commanditaire.

> AU NIVEAU DE LA SÉCURITÉ FERROVIAIRE, L’EUROPE SEMBLE VOULOIR HARMONISER LES NORMES AFIN DE LES RENDRE PLUS COMPRÉHENSIBLES ET SURTOUT D’ENCOURAGER LES ENTREPRISES À SE TOURNER VERS CE SECTEUR.

– En France par exemple, les exploitants et les donneurs d’ordres ne sont pas forcément différents. Ainsi, la RATP conçoit et exploite le métro de Paris. Toutefois, deux grands constructeurs se disputent la plupart des projets mondiaux. Il s’agit du français Alstom et de l’Allemand Siemens. Ce dernier remporte de nombreux appels d’offres en Asie, notamment grâce à la technologie du train magnétique très apprécié en Chine et au Japon. Alstom préfère optimiser le métro «Classique» sur rails.

Ainsi, il est donc important d’orienter à la fois notre communication vers les exploitants, car ce sont eux qui définissent le cahier des charges du projet et qui sont à la recherche des différentes solutions pour répondre aux contraintes particulières de leurs systèmes, mais aussi vers les constructeurs qui décident souvent de sous-traiter une partie du projet à des entreprises spécialisées.

DE PLUS,


> Au niveau géographique, les marchés étrangers porteurs d’avenir sont évidemment l’Asie avec beaucoup de projets en cours (Shanghaï, Pékin, Séoul…), mais aussi l’Amérique du Sud (notamment le Brésil) et central (Mexique).

> Enfin, l’Europe voit son parc de métro vieillir et il est intéressant de participer à son amélioration en matière de rendement, mais aussi de sécurité, due à une augmentation de la fréquentation des transports directement issue de la croissance démographique.

C’est pourquoi l’obligation de savoir gérer un flux de voyageurs de plus en plus important dans un réseau souvent peu extensible en matière d’accueil sur un même quai, passera probablement par une forte optimisation de la cadence des trains et de systèmes de sécurité active sans faille pour l’utilisateur conçus par des spécialistes en sûreté de fonctionnement.